Mes derniers livres adorés + Troc de livres ?

SAMSUNG CSC

En février dernier, je me suis remise à lire. Cela faisait des années que je n’avais pas enchaîné les ouvrages comme je le fais aujourd’hui et c’est un immense plaisir retrouvé. Je ne sais pas comment j’ai fait pour passer à côté de ce petit bonheur et toute cette richesse ! Depuis donc maintenant 9 mois, je me suis rendue compte que je lisais en moyenne deux ouvrages par mois (un peu plus, un peu moins selon le livre en question). Je me régale, je découvre beaucoup de nouveaux auteur.e.s et ai retrouvé, grâce à quelques bons livres, (dont notamment « Crime d’honneur » dont je vous avais parlé il y a quelques mois) cette passion dévorante pour la lecture.

J’aime lire des choses variées mais j’ai clairement une énorme penchant pour les romans dont le sujet me permet d’apprendre de nouvelles choses sur un pays, un moment de l’Histoire, une culture. Rien ne me plaît plus que lorsque je referme le livre, j’ai la sensation non seulement d’avoir passé un bon moment mais surtout, de m’être enrichie.

Je vous ai sélectionné trois livres que j’ai particulièrement adoré :

Seul dans Berlin de Fallada

« Mai 1940, on fête à Berlin la campagne de France. La ferveur nazie est au plus haut. Derrière la façade triomphale du Reich se cache un monde de misère et de terreur. Seul dans Berlin raconte le quotidien d’un immeuble modeste de la rue Jablonski, à Berlin. Persécuteurs et persécutés y cohabitent. C’est Mme Rosenthal, juive, dénoncée et pillée par ses voisins. C’est Baldur Persicke, jeune recrue des SS qui terrorise sa famille. Ce sont les Quangel, désespérés d’avoir perdu leur fils au front, qui inondent la ville de tracts contre Hitler et déjouent la Gestapo avant de connaître une terrifiante descente aux enfers.

De Seul dans Berlin, Primo Levi disait dans Conversations avec Ferdinando Camon, qu’il était « l’un des plus beaux livres sur la résistance allemande antinazie ». Aucun roman n’a jamais décrit d’aussi près les conditions réelles de survie des citoyens allemands, juifs ou non, sous le IIIe Reich, avec un tel réalisme et une telle sincérité. »

Mon avis : un livre magnifique qui décrit la période Nazie et le joug Hitlerien d’un point de vue allemand « lambda », et nous permet de réaliser à quel point cette période de folie sanguinaire n’a épargné personne. Certains passages sont assez durs et le souvenir de ma lecture est encore trop frais pour que j’aille voir le film mais ce livre gardera une place spéciale dans mon cœur.

La ville Orpheline de Hislop

« Chypre, été 1972. La ville de Famagouste héberge la station balnéaire la plus prisée de la Méditerranée, rayonnante et bénie des dieux, où Chypriotes grecs et tures vivent en parfaite harmonie. Un couple ambitieux y ouvre Le Sunrise, hôtel dont le luxe surpasse tous les autres. Lorsqu’un putsch grec plonge l’île dans le chaos, celle-ci devient le théâtre d’un conflit désastreux. Famagouste est bombardée.
Quarante mille personnes, n’emportant que leurs biens les plus précieux, fuient l’armée en marche. Parmi eux, Aphroditi, contrainte de suivre son mari sans savoir si elle pourra un jour revoir son amant. Dans la ville désertée, seules deux familles demeurent : les Georgiou et les Özkan. Voici leur histoire. Après l’incroyable succès de L’Ile des oubliés, Victoria Hislop mêle avec toujours autant de brio les histoires de famille et les déchirures de l’histoire sur fond de romance et de tragédie. »

Mon avis : un pan de l’Histoire qui m’était complètement inconnu s’est révélé à l’occasion de la lecture de ce roman. Très bien écrit, l’ouvrage d’Hislop révèle sa maîtrise à allier références historiques, contextualisation géopolitique et subtilité romanesque en nous plongeant dans le quotidien de deux familles de l’île. J’ai eu un très gros coup de cœur pour ce livre, acheté un peu au hasard et que j’ai absolument dévoré ! Je recommande chaudement.

Le voile de Téhéran de Saniee

« Quand j’ai repris mes esprits, je me trouvais chez cet homme, dans la chambre à coucher. Debout dans un coin de la pièce, je serrais étroitement contre moi le tchador blanc dont on m’avait affublée avant de me conduire dans cette maison. J’essayais de ne faire aucun bruit, espérant qu’il ne remarquerait pas ma présence. Dans ce silence absolu, les larmes coulaient jusque sur ma poitrine. Mon Dieu, comment comprendre ces mœurs ? Un jour, ma famille voulait me tuer sous prétexte que j’avais échangé quelques mots avec un homme que je connaissais depuis deux ans, sur lequel je savais beaucoup de choses, que j’aimais et que j’étais prête à suivre au bout du monde, et le lendemain elle prétendait m’obliger à coucher dans le même lit qu’un étranger dont j’ignorais tout et qui ne m’inspirait que de la terreur.  » Massoumeh, seize ans, n’a qu’un désir : poursuivre ses études. Un rêve accessible aux filles depuis que le shah a modernisé l’Iran. Mais quand ses frères découvrent qu’elle vit une histoire d’amour, très innocente, avec un voisin, ils la marient à un homme qu’elle ne connaît pas et n’a même jamais vu. D’abord désespérée, Massoumeh se rebelle et prend son existence en main.Ce roman d’une femme déterminée qui affronte son destin dans une société en plein bouleversement a connu le succès dans le monde entier. »

Mon avis : très attirée par les romans dont l’intrigue a lieu au Moyen-Orient, me permettant souvent de comprendre un peu mieux les basculements politiques auxquels ces pays ont fait face et ayant beaucoup d’intérêt et d’affection pour les cultures moyen-orientales en général, je suis tombée un peu par hasard sur ce livre. J’ai beaucoup aimé le talent de l’auteure et de la traductrice, la justesse des émotions, l’histoire de Massoumeh… Vous savez, c’est le genre de livre, une fois qu’on l’a finit, on ne peut pas enchaîner avec un second directement. Il nous faut un peu de temps pour digérer, pour se détacher des personnages et de leur histoire dont nous nous sommes tant imprégnés. Encore une fois… Je le recommande vivement.

———————————–

Si tu es arrivé jusque là, c’est que tu aimes beaucoup la lecture &peut-être même que nous avons de fortes chances d’avoir des goûts assez proches en matière de littérature… Parce que j’aimerais réduire mes achats de livres (mes horaires ne sont pas compatibles avec ceux de la bibliothèque, malheureusement !!) et partager encore plus avec toi que de simples conseils et commentaires, je souhaiterais te proposer un TROC de livres !! Qu’en penses-tu ?

En tous cas, si l’un.e d’entre vous est intéressé.e, laisse moi un commentaire pour que l’on puisse échanger et voir ce que l’on peut se prêter 🙂

Si plusieurs sont séduits par l’idée, je pourrais créer une catégorie sur le blog dans laquelle on pourrait communiquer, trouver un binôme de troc, proposer et trouver des livres à troquer… C’est vraiment un projet qui me ferait hyper hyper hyper plaisir… Donc n’hésitez pas !

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plu, ça fait toujours plaisiiiir ♥

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram pour plus de love-

 

Publicités

Revue magazine #2 : féminin bio

Après vous avoir parlé de deux magazines que j’avais pris beaucoup de plaisir à lire durant l’été, à savoir Paulette et As you like, j’avais envie de vous présenter une autre revue qui change un peu de ce que l’on peut lire d’habitude, qui stimule un peu l’intellect, donne envie de faire de nouveaux trucs, étaye tes connaissances mais sans être non plus trop prise de tête. J’ai acheté pour la première fois « fémininbio », alors que je m’apprêtais à faire six heures de train et que j’avais des envies de magazinages.

boho

Il s’avère que c’était un spécial Inde, tout ne m’a pas plu, je trouve que les pages « brèves – tendances » pourraient être un peu plus étoffées et mettre plus de jolies marques en valeur mais c’est un très chouette magazine. J’ai pris beaucoup de plaisir à le lire, la qualité du papier est belle, les images aussi, tout comme la mise en page.

Le prix de 3.90€ est, je trouve juste, car la qualité est au rendez-vous (manque un chouilla/poil d’étoffage mais je trouve qu’il y a quand même plus de contenu qu’un Flow)(info datant de genre un an et demi, peut être que le magazine a beaucoup changé depuis) & ce magazine apporte vraiment un truc en plus rapport à ce que tu peux lire dans la presse en général.

En tous cas, je suis contente de trouver un magazine qui rassemble plein de choses qui me plaisent et qui présente des objets/reportages/recettes/blabla qui me correspondent plutôt bien.

&vous ? Vous connaissiez fémininbio (@emyjolie  je sais que ouiii aha) ? Envie de le découvrir ? Vous feuilletez quoi en ce moment ?
Sur ce, soyez heureux ♥

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plu, ça fait toujours plaisiiiir ♥

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram pour plus de love-

Paulette et As You Like, magazines un peu sympas de l’été

Je fais partie de celles et ceux qui adorent feuilleter un magazine quand je suis en glandouille intense les pieds dans le sable ou les orteils au bord de la piscine.  Ceci étant dit, les féminins « classiques » me courent assez rapidement sur le haricot.  Je ne me retrouve ni dans l’esthétique, ni dans les modèles, ni dans les sélections mode ou cosmétiques,  rarement dans les sujets de société abordés. 

SAMSUNG CSC

Cependant, vacances obligent, je voulais quand même lire du magazine un peu détente des neurones, parce que genre Causette j’aime vraiment bien mais la ligne éditoriale est pas assez chill pour mon bulbe cérébral au ralentit. Et en zonant chez le buraliste je suis tombée en amour pour deux éditions juillet-août 2016.

Paulette. Paulette, de base, je l’aime bien mais alors son édition #jesuisunefillecactus est juste une bombe ! Graphiquement, c’est à tomber,  la gamme colorée,  les mises en page, les illustrations,  les modèles… c’est beaucoup trop un régal de le lire ! Et non content d’être bien canon, le contenu est aussi vraiment top. 

SAMSUNG CSC

« Fais pas genre », #jesuisunefillecactus

Long story short, on y parle naturisme, reconnexion avec la nature, voyage, nouveaux genres et  y’a même Et pourquoi pas Coline ? en guest , alors ?! Je ne m’attarde pas sur les portraits d’entrepreneures, les fringues au top et les sélections déco, littérature et musique au poil, mais je n’en pense pas moins !

SAMSUNG CSC

Sélection déco Paulette juillet-août #jesuisunefillecactus

Je me suis vraiment régalée et là,  pour le coup, voilà un numéro qui me ressemble !

As you like. Vous en avez peut être déjà entendu parler, c’est le magazine qui condense actu blog et influenceurs français lancé par Hellocoton (tiens d ‘ailleurs, la page Hellocoton du blog par ici, les amis !)  il y a quelques mois. Et il vient de sortir en version mini, avec le prix qui va avec, que demander de plus ?

SAMSUNG CSC

Bon alors, pour kiffer, il faut être intéressé par la blogosphère et les réseaux sociaux un minimum sinon tu te retrouves comme ma douce mère,  à l’ouvrir et à le reposer deux minutes plus tard en disant : « je ne connais  personne, boring ».

SAMSUNG CSC

Moi qui suis vraiment à fond dedans, et ben j’ai adoré voir des articles sur des bloggueuses ou des influenceurs que j’affectionne tout particulièrement,  en découvrir de nouveaux, voir un peu de quelle manière le magazine abordait l’actu digitale, etc.

Vous connaissiez ces deux magazines ? Avez-vous lu les éditions d’été ? 🙂 Je trouve que leur rapport qualité/prix, contenu et mise en page sont vraiment très chouette et ce type de presse me convient plus que les « classiques » ou les éditions type Flow ou Happinez, un poil trop contemplatives à mon goût 🙂

Voilà pour moi 🙂 Et vouuuus, vous feuilletez quels magazines quand vos doigts de pieds sont en éventail ?

Sur ce, à très vite, soyez heureux ♥

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plus, ça fait chaud au ♥ !

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram

 

J’ai testé la box littéraire « Livre-moi(s) »

boxlivremoisavis

Il y a quelques mois, j’ai recommencé à lire, vraiment très très assidûment. J’ai découvert des auteurs et des ouvrages (Comme Crime d’honneur ou La petite communiste…) que j’ai littéralement adoré. Passant pas mal de temps dans les transports et à la plage le week end, j’enchaîne les lectures comme les petits pains et dévore bouquin après bouquin comme ça ne m’était pas arrivé depuis bien longtemps ! (&c’est tellement agréable !) J’étais donc en constante recherche de nouvelles lectures.

Je me souvenais être tombée sur un article de Coline du blog EPPC parlant d’une box littéraire qui m’avait laissé une très bonne impression. Ni une, ni deux, je retrouve le nom de la boîte, « Livre – mois ». Le concept ? Une fois par mois, leur libraire sélectionne un livre « spécialement pour vous ». Car l’idée c’est qu’à l’inscription, on renseigne un sacré document concernant nos dernières lectures, ce que l’on aime, ce que l’on aime moins, ce que l’on souhaite découvrir, etc.

L’idée, que je trouve très chouette, c’est que pour 10,90€ par mois, on a un livre choisi spécialement pour soi dans sa boîte aux lettres. Il arrive en début de mois avec une petite lettre sympathique qui parle un peu de pourquoi le libraire l’a sélectionné, le tout accompagné d’un marque-page cartonné (sympa, ça change de mes tickets de bus/ tickets de caisse/ post-its…)

Mon avis ? Je suis super mitigée. Soit j’ai très mal renseigné mon profil, ce que j’ai indiqué et ce qu’ils en ont compris ne correspond pas du tout à ce que j’aime lire, soit la sélection n’est pas si spécialisée que ça. Ou bien ma description était tellement chiante, qu’ils ne m’ont envoyé que des livres chiants pour me faire comprendre ce que j’infligeais à ceux qui me lisent ..? Les deux livres reçus ne m’ont vraiment pas emballés et pour le premier, j’étais tombée dessus en librairie et l’avais reposé aussitôt. Fail.

Après, au vu la diversité de l’offre littéraire, je pense que c’est vraiment compliqué de recommander un bon livre à quelqu’un qui a juste rempli un formulaire et avec lequel on ne peut pas en discuter.

AVRIL – 1er ouvrage reçu : « L’homme qui m’aimait tout bas » d’Eric Fottorino, première impression : ce mini livre pour 11 € ? &oui, on est bien peu de chose dans ce bas monde pécunier mais vraiment, je me suis sentie arnaquée.

Avis : Je me suis forcée, vraiment forcée pour lire cet ouvrage. Je n’ai apprécié ni le thème, ni la façon de l’aborder. Très intime, il raconte son ressenti face au suicide de son père adoptif… Personnellement je ne suis pas très sensible au style, j’ai l’impression de lire un journal intime déprimant, je ne suis pas prise dans le récit, j’ai du mal à avancer et à trouver un intérêt dans la lecture de ce livre… (et cela n’engage que moi !)

MAI – 2ème ouvrage reçu : « Pour l’amour d’une île » d’Armelle Guilcher. Plus conséquent, 400 pages, OK, j’ai déjà moins la sensation de me faire rouler. Ensuite, je n’arrive pas à rentrer dedans, je trouve l’histoire hyper ennuyante. Il faut que je perce, car parfois ça ne veut rien dire… Mais je suis un peu déçue ! J’avais spécifié que j’adorais les romans qui se passaient à l’étranger, que les lieux comme Berlin ou Bali me parlaient beaucoup et que j’adorerais lire des récits qui se localisent là bas... & on m’envoie un bouquin qui parle d’une petite île bretonne perdue… Bref.

Ce n’est pas un flop total, mais ce que j’attendais vraiment c’est d’être surprise, de découvrir des ouvrages sur lesquels je ne me serais pas penchée qui me plaisent vraiment et je trouve que c’est un peu raté…

& vous ? Que pensez-vous du concept ? Avez-vous déjà commandé cette box ? Qu’en avez-vous pensé ??

 

Retrouvez- moi sur FaceBook et Instagram

Cliquez, likez, commentez & partagez si vous avez aimé, ça donne du courage !

Revue littéraire #2

Hello !

Il y a quelques semaines, je vous parlais de ce livre  (« Crime d’honneur », d’Elif Shafak) que j’avais adoré. Je reviens aujourd’hui avec un nouveau coup de coeur. Comme toujours je ne suis pas très éloquente parce que je ne veux pas trop en dire … Mais je vous recommande vivement de le lire ! Qui, quoi, quand ?

« La petite communiste qui ne souriait jamais » de Lola Lafon

Ce livre est à mi chemin entre l’interview, la biographie et le roman. Au travers des entretiens entre Nadia Comaneci et l’auteure, on retrace le parcours de la gymnaste roumaine, de sa première performance aux JO’s de Montréal à la chute du bloc soviétique dans les années 90…

IMG_1402

J’ai adoré le mélange entre les passages consacrés au sport et ceux parlant de la dictature communiste en Roumanie. Cela m’a d’ailleurs donné envie de plus me plonger dans cette période de l’Histoire que je connais mal. J’ai adoré découvrir les performances de Nadia, me plonger dans les vidéos Youtube des enregistrements de ses multiples prestations. C’est un livre dur, très bien écrit et documenté que j’ai pris beaucoup de plaisir à dévorer.

Il n’y a pas grand chose à dire, juste à se laisser porter !

IMG_1400.JPG

Synopsis par l’éditeur :

Parce qu’elle est fascinée par le destin de la miraculeuse petite gymnaste roumaine de quatorze ans apparue aux JO de Montréal en 1976 pour mettre à mal guerres froides, ordinateurs et records au point d’accéder au statut de mythe planétaire, la narratrice de ce roman entreprend de raconter ce qu’elle imagine de l’expérience que vécut cette prodigieuse fillette, symbole d’une Europe révolue, venue, par la seule pureté de ses gestes, incarner aux yeux désabusés du monde le rêve d’une enfance éternelle. Mais quelle version retenir du parcours de cette petite communiste qui ne souriait jamais et qui voltigea, d’Est en Ouest, devant ses juges, sportifs, politiques ou médiatiques, entre adoration des foules et manipulations étatiques ?
Mimétique de l’audace féerique des figures jadis tracées au ciel de la compétition par une simple enfant, le romanacrobate de Lola Lafon, plus proche de la légende d’Icare que de la mythologie des “dieux du stade”, rend l’hommage d’une fiction inspirée à celle-là, qui, d’un coup de pied à la lune, a ravagé le chemin rétréci qu’on réserve aux petites filles, ces petites filles de l’été 1976 qui, grâce à elle, ont rêvé de s’élancer dans le vide, les abdos serrés et la peau nue.