Revue magazine #2 : féminin bio

Après vous avoir parlé de deux magazines que j’avais pris beaucoup de plaisir à lire durant l’été, à savoir Paulette et As you like, j’avais envie de vous présenter une autre revue qui change un peu de ce que l’on peut lire d’habitude, qui stimule un peu l’intellect, donne envie de faire de nouveaux trucs, étaye tes connaissances mais sans être non plus trop prise de tête. J’ai acheté pour la première fois « fémininbio », alors que je m’apprêtais à faire six heures de train et que j’avais des envies de magazinages.

boho

Il s’avère que c’était un spécial Inde, tout ne m’a pas plu, je trouve que les pages « brèves – tendances » pourraient être un peu plus étoffées et mettre plus de jolies marques en valeur mais c’est un très chouette magazine. J’ai pris beaucoup de plaisir à le lire, la qualité du papier est belle, les images aussi, tout comme la mise en page.

Le prix de 3.90€ est, je trouve juste, car la qualité est au rendez-vous (manque un chouilla/poil d’étoffage mais je trouve qu’il y a quand même plus de contenu qu’un Flow)(info datant de genre un an et demi, peut être que le magazine a beaucoup changé depuis) & ce magazine apporte vraiment un truc en plus rapport à ce que tu peux lire dans la presse en général.

En tous cas, je suis contente de trouver un magazine qui rassemble plein de choses qui me plaisent et qui présente des objets/reportages/recettes/blabla qui me correspondent plutôt bien.

&vous ? Vous connaissiez fémininbio (@emyjolie  je sais que ouiii aha) ? Envie de le découvrir ? Vous feuilletez quoi en ce moment ?
Sur ce, soyez heureux ♥

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plu, ça fait toujours plaisiiiir ♥

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram pour plus de love-

Mes essentiels pour un pic-nic cosy et ecofriendly

Tawashi

De par ma vie trépidante de sudiste établie, je suis toujours fourrée à la plage. Donc je me retrouve souvent à picniquer sur la-dite plage (ou le rocher, ça dépend des jours) & en quelques mois je me suis confectionné un attirail ecofriendly et zéro déchet qui permet de réduire au maxiiiimum les déchets que l’on peut produire à cette occasion. Je ne comprends pas les gens qui vont se poser dans de superbes endroits, au bord de la mer, des lieux avec une jolie vue, relativement naturels… Et qui laissent tous les déchets de leur picnic/goûter/whatever sur place. Ca me dépasse. Je parle du carton de pizza au divers trucs en plastiques, en passant par les capsules de bières et les MEGOTS DE CIGARETTES. Quel enfer. Je vous défie de poser votre serviette quelque part dans le sud sans avoir quelques mégots de cigarettes dans le sable ou coincés entre deux rochers… & c’est bien dommage ! Alors pour contrebalancer ça, je mets un point d’honneur à réduire au maximum les déchets que je peux produire quand j’emporte mon taboulé au bord de l’eau.

En gros c’est pas bien compliqué, dans la vie comme au picnic, il s’agit d’avoir les outils clés.

Pas de bouteille d’eau en plastique mais une gourde en inox,

que je remplis chez moi, dans les cafés/bars (demandé gentiment, ça passe toujours), aux fontaines que l’on trouve souvent près des plages, sentiers de randos, au milieu des villages… Outre le gaspillage fortement, fortement limité, d’un point de vue santé, troquer le plastique pour de l’inox c’est éviter tout risque de migration de molécules cancérigènes dans l’eau.

Adieu l’essuie tout,

que ce soit chez moi, lors de pause déjeuner ou en picnic, je n’utilise plus de serviettes jetable ou de papier essuie tout mais toujours toujours une serviette (ou deux hein, ne soyons pas radins) en tissus. Réflexe hyper simple, pas coûteux, plutôt stylé (elle est pas jolie ma serviette en tissus?) et ultra efficace. On limite drastiquement la production de déchets (même papier, ça reste un déchet relativement inutile)(surtout quand on t’en colle 20 sur le plateau) et avec goût🙂

J’utilise d’ancien pot de confitures ou pots en verre divers

pour faire les desserts (pudding de chia ou quoi ou qu’est-ce) et quand on ne doit pas trop marcher, je mets les salades, le taboulé, etc., dedans. Sinon j’utilise comme le commun des mortels, notre ami le Tupperware.

Ensuite pour tout ce qui est fruits, sandwiches, fruits secs, gâteaux et compagnie, j’utilise tout simplement des sacs en papier (en cours de transition vers des pochons en tissus)(mais tant qu’à faire, autant utiliser ceux-là !).

A noter que pour le picnic, l’opinel c’est la vie et qu’en plus je prends mes couverts de la maison (2 cuillères ou 2 fourchettes selon le menu).

o matter wherethe journey takes you, enjoy theadventure.

Je crois n’avoir rien oublié… & vous ? Vous emportez quoi en pic nic, pour votre pause déj’ ou un apéro au parc ?

 Sur ce, à très vite, soyez heureux ♥

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plus, ça fait chaud au ♥ !

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram

Infographies à partager : réduire les emballages et ses déchets ♥

Aujourd’hui très peu de blabla, je voulais vous présenter deux infographies à partager que j’ai réalisé pour vous. Quand on veut utiliser des produits plus respectueux de notre peau et de notre environnement tout en réduisant ses déchets au maximum, la salle de bain est le meilleur des terrains de jeux ! Hyper faciles à adopter, les gestes qui nous permettent d’utiliser de supers produits peu coûteux sont nombreux.

 

moins-emballages-salledebains

Les cotons jetables, cotons tiges, brosses à dents en plastique (environ 4.7 milliards jetées par an dans le monde) et protections hygiéniques ( plus de 30 000 000 000 utilisées depuis le 1 er janvier 2016 dans le monde) sont tout autant d’objets éphémères qui polluent beaucoup.Il existe des alternatives hyper simples et peu coûteuses, qui permettent aussi de ne pas être pris au dépourvu par des « oh je n’ai plus de coton » ou encore des « m******* j’ai pas de tampon sur moi ! ». Ouvrez grands les bras aux cotons lavables, à l’oriculi, à la cup ou aux serviettes lavables et à la brosse à dent compostable ou à embouts interchangeables !

 

reduire_ses_dechets

 

 Sur ce, à très vite, soyez heureux ♥

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plus, ça fait chaud au ♥ !

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram

Se réconcilier avec soi même et avec « le » Poil, je ne me suis pas épilée pendant 6 mois et je le vis bien.

Une fois passée ma période ado ultra contrôle freak de mon corps, durant laquelle j’effectuais une chasse méticuleuse concernant tout ce qui pouvait me différencier de la masse (c’est comme cela que l’on se retrouve avec le sourcil en point virgule et la gambette rasée à 14 ans)(mais si Maman tu comprends, mes poils ça me complexe énoooormément)(pitié je veux juste être comme tout le monde et me fondre dans la masse et ne surtout pas être la poilue du collège merci)(les ados sont cruels)(on va arrêter les parenthèses ici) ; je suis arrivée au constat que l’épilation de la jambe était un truc qui me soulait plus qu’autre chose. Bon gré mal gré, je profitais de la trêve hivernale pour espacer les coups de rasoir et laisser un peu de répit à mon poil. Et puis en février dernier, j’ai testé de faire de la pâte de sucre maison, me suis épilée avec et là, oh étonnement, mes poils ont mis plusieurs semaines à repousser et ils l’ont fait de manière très étonnante. Très fin, blond, assez doux. En fait, je trouvais ça très joli et là, j’ai commencé à me questionner.

Pourquoi je m’épile les jambes ?

Est-ce que moi, juste moi, cela me dérange ? Non, je ne crois pas… En plus ça me soule clairement de le faire. Alors pourquoi est-ce que je m’inflige cela ? Je crois que dans l’inconscient collectif d’aujourd’hui, une femme avec des poils, n’est pas une femme. Elle n’est pas féminine, pardon. Elle ne prend pas soin d’elle, se néglige, et surtout mon dieu, c’est très triste, ne cherche certainement pas à être désirable. Mais pourtant, il me semble que ce poil si répugnant est bel est bien là, il fait partie de notre patrimoine féminin de base. Pourquoi est-il si mal vu le pauvre ?

SAMSUNG CSC

De qui vient cette pression ?

Pour moi, cette pression sociale autour d’un corps féminin lisse et imberbe est injuste. On devrait être libre de s’épiler ou non. Il n’est pas question ici de jeter la pierre aux nanas qui s’épilent, au contraire, je souhaite vraiment faire passer un message de tolérance. Chacun fait ce qu’il veut b**** edlj*ze  qp$dz^. C’est un peu comme le port du soutien gorge. Dans quelle mesure, le regard de quelqu’un qui nous est complètement extérieur et dont, au final, on se fout un peu de l’avis, doit compter dans la façon dont on perçoit notre corps ? Et je me posais aussi une autre question… De qui vient cette pression ? Des hommes, des femmes, de nous mêmes ? J’ai souvent l’impression que les femmes sont très intransigeantes entre elles et vont regarder d’un mauvais œil celles qui ne s’intéressent guère à leur pilosité… A creuser.

Comment je les ai vécus, ces six mois poilue ?

Pour des raisons d’esthétique et de confort qui me sont propres, je n’ai pas le même rapport avec le reste de ma pilosité que celle de mes jambes. Depuis cette fameuse épilation à la pâte de sucre, mes poils naturels sont réapparus, comme je le disais plus haut, blonds, dorés, jolis quoi. Le processus s’est fait un peu par hasard, je n’avais pas vraiment prévu de me lancer dans cette petite expérience. Et attention, je vis dans le sud, donc depuis mai, je suis en robe/short/jupe en permanence sans ressentir de gêne particulière quant à mes jambes. En fait, ces pauvres petits ne me dérangent absolument pas.

Je ne trouve pas que cela atteint mon intégrité physique, je n’ai pas l’impression de « me négliger » mais plutôt d’aimer mon corps dans son entièreté et surtout de l’accepter enfin pleinement.

Je ne suis plus en guerre permanente, en traque continuelle du moindre poil qui dépasserait, j’ai lâché du lest et ça fait tellement de bien.

Presque débutée sur un malentendu, cette « expérience » aura été l’une des plus salvatrice de ma transition vers plus de lâcher prise. Même si les poils sur mes jambes gênent certaines personnes, au final, en quoi cela me concerne ? Ce n’est certainement pas pour un regard en biais dans le métro de Marie, que je ne connais ni d’Eve, ni d’Adam, que je vais passer une heure par semaine à traquer le oilp dans ma salle de bain. Et puis pourquoi cela les gêne t’elles, d’ailleurs ? Je n’oblige personne à l’autodafé de rasoirs et bandelettes de cire. Au contraire, le plus important pour moi c’est d’être en accord avec ce que l’ON veut. Si l’on a envie d’avoir les jambes épilées, je ne vois pas le problème, et inversement.

Depuis que j’ai laissé libre cours à la repousse pileuse sur mes gambettes, j’ai ressentie une réelle sensation de liberté. Et un soulagement. Vous savez, ce moment, où, vous êtes juste bien. En harmonie, en phase, avec ce corps qui vous accompagne depuis des années.

My body, my rules

Comme j’adore regarder mon basilic pousser, je m’épanouis au travers de cette forme de vie qui habille mon corps. Qui me rappelle que rien n’est figé. Que les choses s’acceptent. Que parfois il est plus facile de vivre en paix avec ce que l’on pense être un « nuisible » plutôt que perdre son énergie à le traquer.

Il y a quand même une démarche hyper sado masochiste derrière l’épilation, non ? Non seulement ça fait mal (ok ok, pas toujours, pas chez tout le monde blablabla), mais en plus, c’est une bataille perdue d’avance ! Dans une semaine, leurs petites têtes noires vont poindre à nouveau le bout de leur nez et ça va recommencer. Encore et encore.

Il y a une ou deux semaines, j’ai décidé de me reépiler, pour voir. Verdict ? Je préfère quand mes poils dorés sont là. Etonnement, je suis déçue de m’être épilée à nouveau.

Laisser mes petits poils habiller mes jambes, le revendiquer, en discuter avec qui veut, c’est un peu ma façon pacifiste de dire « fuck » à une société dont certaines normes et codes me pompent l’air. Et vous savez quoi ? En 6 mois de poils, dont environ 4 en shorts et compagnie, je n’ai eu qu’un regard « choqué ». C’était qui ? Une petite nana de 19 dans le métro qui a fait les gros yeux à sa copine en montrant mes jambes… Alors ?

Donc oui, vous pourrez avancer des tas d’arguments : tu es blonde, tu as les poils fins, tu as de la chance, etc, etc. Oui peut-être. Mais tant que vous n’aurez pas fait l’expérience vous même, qui va bien au delà de juste apprécier sa pilosité en tant que composante même de son corps, vous ne saurez pas. C’est peut-être plus simple pour moi, mais ce n’est évident pour aucune fille/femme en 2016 de tirer un trait sur l’épilation.

D’ailleurs, vous, vous entretenez quel rapport avec votre pilosité ? Vous en pensez quoi ? J’ai hâte d’échanger avec vous autour de cela.

Comme toujours, ma conclusion c’est tout simplement, vivez heureuse, poilue, épilée, semi-épilée, tant que c’est un choix fait en pleine conscience qui n’entrave pas la perception que vous avez de vous même. Vous êtes jolies. Peu importe le nombre de poils qui recouvrent votre corps.

 

Maquillage bio #2 : BOHO Green Make-up

Dans ma démarche de vouloir utiliser des produits exclusivement naturels, respectueux de l’environnement, de ma peau et avec une belle éthique autour de la marque, j’ai pu découvrir les produits de chez « Boho green make up« .

boho

La marque détient le label « Slow cosmétique » depuis 2013 & les produits sont éco-conçus (les contenants des produits de maquillage et les meubles de présentation sont réalisés  avec des matériaux traités par les filières de recyclage existante). La marque utilise avant tout des ingrédients naturels et/ou bio,  sans aucun parabène ni silicone. Les produits sont commercialisés sans suremballage et évidemment non testés sur les animaux. BOHO verse chaque année 1% de son chiffre d’affaires à des associations œuvrant à la protection de l’environnement. Cette année il s’agit d’Océans sans plastiques & de Surfriders Foundation Europe.

Je pense que vous commencez à comprendre ce qui m’a dans un premier temps vraiment séduite ! J’ai souhaité tester quatre produits assez différents pour avoir un avis assez global et être en mesure de vous parler d’un peu tout mais surtout, quatre produits dont j’aurais « besoin » (même si la notion d’avoir « besoin » de se maquiller est toute relative) et qui ne vont pas prendre la poussière dans ma salle de bain.

vernis_a_ongle_boho

Vernis à ongles naturel coloris « rose blanche », 82.5% d’ingrédients d’origine naturelle, formule 8 Free : sans toluène, formaldehyde, dibutylphtalate, résine de formaldehyde, paraben, xylène, camphre, sans trace de colophane.

Application & Tenue : le pinceau est à la bonne dimension, l’application est très facile, le packaging super joli et il tient aussi bien que n’importe quel vernis.

Avis : c’est un coloris très clair que je rangerais dans la catégorie « mon ongle mais en mieux ». C’est un très bon rapport qualité/prix !

Prix : 5.99 €

rouge_a_levres_boho

Rouge à lèvres bio coloris « litchi », 100% d’ingrédients d’origine naturelle, 45% d’ingrédients certifiés biologiques.

 

Application & Tenue : je mets toujours un peu de baume à lèvres en dessous par habitude. L’application est facile, et encore une fois, le packaging trop chouette. Il tient plusieurs heures.

Avis : certainement le produit dont je suis le plus ravie ! J’adore la couleur, l’application et la tenue. Je le porte vraiment très souvent.

Prix : 9.95 €

poudre_compacte_boho

Poudre compacte bio coloris beige 02, 99% d’ingrédients d’origine naturelle, 10% d’ingrédients certifiés biologiques.

 

Application & Tenue : je ne suis pas très habituée aux poudres compactes et en été je ne mets quasiment rien sur ma peau sauf si une imperfection pointe le bout de son nez. Je fais du camouflage local. Je l’applique avec un petit pinceau sur une couche de cc cream comme un correcteur et il tient toute une soirée.

Avis : peut-être le produit qui va le moins me servir. Jusqu’alors je l’ai surtout utilisé pour camoufler de petites imperfections mais pas en full face coverage. Et il a très bien fait le job.

Prix : 12.30 €

crayon_a_sourcils_boho

Crayon à sourcils bio coloris blond 03, 100% d’ingrédients d’origine naturelle, 10% d’ingrédients certifiés biologiques.

Application & Tenue : j’ai les sourcils cendrés mais relativement foncés pour une blonde et ce crayon est vraiment foncé ! Le plus clair de la gamme, ma sœur ne pourrait clairement pas l’utiliser pour ses sourcils très très blonds. Personnellement j’en use avec parcimonie car je n’aime pas quand mes sourcils sont trop dessinés  mais simplement « remplumés » et bien nets. Il tient toute la journée et s’applique comme un crayon à sourcils normal.

Avis : comme dit plus haut, je trouve que la teinte est trop foncée pour moi & il faut vraiment que je l’applique très très légèrement mais c’est un bon produit !

Prix : 6.95 €

 

Vous connaissiez déjà la marque ? Vous avez des produits de chez eux ? Qu’en pensez-vous ? Avec quoi vous maquillez-vous ?

 

Sur ce, à très vite, soyez heureux ♥

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plus, ça fait chaud au ♥ !

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram

 

 

J’ai fabriqué mes éponges Tawashi zéro déchet !

faire_eponge_tawashi_alesfleurs

Cela faisait des semaines que j’avais envie de me lancer dans la confection d’éponges Tawashi… Toujours en vadrouille, j’attendais de pouvoir retourner chez mes parents récupérer de vieilles fringues et tout mon bric à brac de bricolage (planche, clous, marteaux, pistolet à colle, breeef). J’ai adoré réaliser les tawashis, à savoir que la première était très moyennement une réussite et j’étais plutôt fière de la dernière ! En plus du côté hyper pratique qu’est celui de récupérer de vieux vêtements pour en faire des éponges efficaces, la confection de ces dernières est très agréable. Le fait de tisser ces bandes de tissus est hyper apaisant et à un côté quasi méditation en pleine conscience.

Tu auras besoin d’une planche de bois, quelques clous, un marteau, une paire de ciseau, de vieilles fringues, une règle et un crayon.

matériel_confection_tawashi

Dans un premier temps, je me suis inspirée de l’article de Luizzati et ai dessiné un carré (après tu peux dessiner un rectangle selon ce que tu veux) de la taille choisie (ici j’ai fait 14 cm). Puis j’ai placé un premier point à 3 cm des angles et ensuite les quatre suivants à 2 cm. Puis on plante les clous sur nos petits points.

Ensuite j’ai découpé de longues bandes de tissus (tu poses ton tee shirt à plat, et bim, on fait des bandes d’une hauteur d’environ 4 cm).

SAMSUNG CSC

réaliser_son_tawashi_1

Une fois le tissage terminé, on rabat les mailles en décrochant un anneau et en le passant dans l’anneau suivant et ainsi de suite jusqu’à avoir fait le tour de votre tawashi.

diy_tawashis

Comme vous pouvez le constater, on prend vite le coup de main ! Je suis pas très forte pour les explications mais en même temps, c’est le genre de petites réalisations qui se fait beaucoup au feeling et pour laquelle il n’y a pas besoin d’être une experte en tissage🙂

Pour les plus tricoteuses d’entre vous, le super chouette tuto de morganours vous apprendra comment tricoter ou crocheter une éponge tawashi avec une laine acrylique.

Ce DIY pour apprendre à réaliser ses tawashis vous a plu ? Vous avez essayé ?

Sur ce, à très vite, soyez heureux ♥

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plus, ça fait chaud au ♥ !

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram

Maison Méditérranée, produits cosmétiques naturels faits mains à Marseille ♥

Au détour d’une jolie balade dans le quartier du panier, je suis tombée sur une boutique dans laquelle je ne pouvais pas ne pas rentrer. Maison Méditérranée ne propose que des cosmétiques naturels et et majoritairement solides ! Du shampoing, du savon saponifié à froid, du dentifrice, savon à barbe, des recette gourmandes, quelques huiles végétales, des brosses à dents compostables… J’étais aux anges. Emballages réduits au minimum et en papier, produits et senteurs de la région (mais pas que), confection artisanale, passion,… Quel plaisir d’acheter à la fois ses cosmétiques solides sans plastique et d’acheter les produits d’une entreprise dont la démarche éthique et environnementale est complète ♥.

cosmetiques_solides_marseille

Comme je sais que certaines d’entre vous sont des alentours, je me suis dit que cela pouvait vous intéresser d’entendre parler d’un joli lieu où acheter des cosmétiques solides et naturels à Marseille🙂

maison_mediterranee_marseille_alesfleurs

J’y ai acheté deux shampoings solides, un pour mon doux au charbon et au cèdre et un pour moi au rhassoul et au cèdre (douce succession à celui de la savonnerie de l’Aubergine, on va voir ce que cela donne !)(les cheveux de l’amoureux sont hyper doux, légers et frais après une première utilisation) et un dentifrice solide à la menthe pour ma sœur (en attendant son retour). J’ai fermé les yeux sur tous les savons car je commence à avoir un stock assez sympa (à force de crier sur tous les toits ma passion pour ces derniers, mon anniversaire aidant, j’ai été bien gâtée)(trois en attente, on va s’arrêter là). Entre autres trucs bien chouettes, ils proposent aussi une box avec un kit de produits solides et sans déchets que je trouve vraiment géniale à offrir !

 & vous ? Quelles sont vos belles adresses à partager ?

Sur ce, à très vite, soyez heureux ♥

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plus, ça fait chaud au ♥ !

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram

Maison Méditérranée

1 Rue Rodillat 13002 Marseille

 contact@maisonmediterranee.com