L’Aloe Vera, plante miracle ?

Bonjour, bonjour,

Comme vous le savez certainement, l’Aloe Vera est l’une des plantes de la médecine naturelle les plus connues. Fortes de nombreuses vertus, elle soigne de l’intérieur comme de l’extérieur avec une efficacité qui n’est plus à démontrer. Elle fait pour moi partie du « paysage » des soins naturels, c’est la petite robe noire de la cosméto. Tout le monde la connaît, sait plus ou moins à quoi elle sert mais on se penche rarement de façon exhaustive sur ses qualités.

SAM_0009.JPG

Grâce à mon boulot, j’ai pu rencontrer l’équipe de la marque Pur’Aloe et en apprendre beaucoup sur la plante, et surtout sur les produits dérivés que l’on pouvait réaliser à partir de sa pulpe. Evidemment, je suis repartie avec leurs produits phares sous le coude et j’ai pu les tester pour en parler un peu plus avec vous aujourd’hui.

A QUOI SERT L’ALOE VERA ?

Apaisant

Calmant

Cicatrisant

Hydratant

Antioxydant

Anti-inflammatoire

En interne : c’est votre allié pour un équilibre digestif retrouvé !

Mes utilisations CUTANÉES du gel d’Aloe Vera :

  1. Après-solaire : pour ses vertus anti-inflammatoires, cicatrisantes et apaisantes, je l’applique sur les zones rougies, mélangé à de l’huile de coco et quelques gouttes d’huile essentielle de Lavande. A appliquer le soir mais pas avant de s’exposer !
  2. Lotion capillaire : pur sur mes pointes déshydratées.
  3. Cicatrisant : il y a deux ans, j’ai eu un accident de scooter assez important et j’ai appliqué sur ma peau brûlée par la chute du gel d’Aloe Vera et de l’huile de coco en quasi continu et le résultat a vraiment été incroyable.
  4. En gel hydratant : il hydrate en profondeur et viendra vraiment nourrir votre peau. Notamment riche en vitamines, en minéraux et en acides aminés, il a également un petit effet tenseur/fraîcheur des plus appréciables 🙂

Mon utilisation INTERNE du gel/jus d’Aloe Vera :

Suite à quelques petits soucis de santé au niveau de l’estomac (un petit helicobactère des plus sympas), j’ai constaté une réelle fragilité de ma flore digestive et je me suis penchée sur des moyens plus naturels que le G*****on, pourtant si efficace. Il s’avère que le gel d’Aloe Vera est parfait pour protéger et surtout régénérer la flore de l’estomac et amoindrir tous les désagréments liés à … l’ingestion de nourriture *yay*.

On le consomme pur ou dilué dans un peu d’eau à raison d’une à deux cuillères à soupe chaque matin à jeun. MIAM ! (Je ne vous cache pas que c’est un peu… surprenant, mais on s’y fait !)

L’Aloe Vera en ingestion a également pour vertu de stimuler les défenses immunitaires et d’améliorer le transit, toujours grâce à ces vitamines et minéraux, antioxydants, acides aminés et acides gras essentiels présents dans sa pulpe, que l’on appréciait tant en usage externe et qui sont également très bénéfiques en usage interne.

Passons aux produits !

  1. Le gel douche

SAM_0012.JPG

C’est un bon produit, qui fait bien le job de gel douche 😀 Après je n’ai pas remarqué de changement particulier au niveau de ma peau.

2. Crème réparatrice

SAM_0011.JPG

Mon alliée quand ma peau est vraiment très très sèche, notamment après la piscine ! Cette crème est ultra nourrissante, composée à 70% d’Aloe Vera, j’aime beaucoup son odeur et son efficacité. La texture est un peu longue à faire pénétrer, cela se rapproche du baume.

3. Le shampoing

SAM_0013.JPG

C’est un très bon produit pour les personnes qui ont les cheveux à tendance grasse je pense, car étonnamment, celui-ci à tendance à être un peu asséchant pour ma nature de cheveux. Cela ne m’a pas empêché de finir le produit.

4. Le dentifrice

SAM_0014.JPG

J’aime beaucoup ce dentifrice à la compo clean. Après il faut aimer les dentifrices à l’argile, la texture ne me dérange pas du tout et je trouve que c’est un très bon produit 🙂

——

Alors, évidemment, si vous commencez à me connaître, il y a certainement une chose qui vous a un peu titillé : les emballages. Mon problème majeur reste aujourd’hui celui des emballages et du conditionnement de ces produits. Cependant, ce que j’ai apprécié c’est surtout la démarche globale de l’entreprise et il faut savoir que les produits sont conditionnés dans des emballages en PET recyclé et bien sûr, sont recyclables.

La démarche de Pur’Aloe/Ciel d’Azur est vraiment très belle et très complète. L’entreprise accorde énormément d’importance à son impact environnemental et s’il n’y a pas la possibilité de proposer des produits solides à ces clients n’est pas encore développée, je peux vous assurer que j’ai rarement visité des locaux aussi eco-friendly que les leurs. L’Aloe provient de cultures eco-responsables, le conditionnement est réalisé à Mane en Provence, les locaux sont eco-conçus, optimisés jusque dans la construction des pièces de stockage en semi-enterré pour économiser le plus d’énergie, et surtout… Ce sont de véritables passionnés, et ce depuis des dizaines d’années.

Recherche, innovation, valeurs et éthique, j’ai été bluffée par l’implication de cette entreprise et c’est pourquoi, malgré le conditionnement, je voulais vraiment vraiment vous parler de leurs produits et de leur démarche. J’appréciais déjà leur dentifrice et leur jus d’Aloe, mais avoir eu la chance de rencontrer l’équipe m’a confortée dans la volonté de soutenir ce beau projet. Donc si pour vous le solide n’est pas une priorité ou qu’il vous arrive d’acheter certains produits conditionnés : foncez 🙂

Vous connaissiez cette marque ? Vous l’appréciez ? 🙂

 

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plu, ça fait toujours plaisiiiir ♥

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram pour plus de love-

J’ai testé les serviettes lavables PLiM

Bien que cela fasse un petit bout de temps que je n’ai pas abordé la thématique, celles qui me connaissent savent à quel point les protections hygiéniques alternatives constituent un sujet qui me tient beaucoup à cœur 😀

J’avais notamment rédigé un article pour recenser plusieurs types de protection hygiéniques alternatives ou encore un autre pour déconstruire quelques idées reçues sur la coupe menstruelle. Il y a quelques mois, je suis entrée en contact avec « PLiM« , marque engagée qui milite pour une transparence quant à la compo des tampons et serviettes « classiques » et propose des protections intimes saines, écologiques, fabriquées en France avec éthique.

Grâce à eux, j’ai donc pu donc pu m’essayer à la fameuse serviette lavable et surtout… surtout, tester une nouvelle marque de coupe menstruelle. Et alors là, je peux vous avouer que ça m’a changé la vie.

  1. La serviette lavable

Personnellement, je ne suis pas une grande fan de la serviette hygiénique en règle générale, je n’ai donc pas particulièrement apprécié le port de cette dernière. L’idée était vraiment de tester le produit, son absorption, etc. afin de pouvoir vous faire un retour un peu plus éclairé et aborder le sujet en connaissance de cause.

En l’occurrence, j’ai pu constater qu’elle se fixe bien, n’est pas irritante, absorbe tout à fait correctement le flux et se nettoie très bien. La taille que j’ai reçue (flux moyen +) était un peu trop grande pour moi et pour mon flux menstruel, donc ce n’était pas des plus confortable.

Quid des tissus utilisés pour les protections lavables ? Le coton bio de PliM est certifié GOTS donc issu de l’agriculture biologique, production respectueuse de l’environnement, sans substances toxiques et socialement responsable. La membrane technique imperméable et respirante est certifiée OEKOTEX, donc sans substances nocives (textiles et colorants).

Même si le prix d’achat peut sembler conséquent, il s’agit d’un investissement. Vous n’allez plus racheter un paquet tous les mois, une fois vos serviettes lavables acquises, elles sont supposées avoir une durée de vie de 5 ans. Personnellement je pense que notre santé et notre hygiène intime est un sujet quand même important. On ne devrait pas hésiter à investir quelques dizaines d’euros pour une protection non toxique et eco-responsable. Cependant, rapportés à la durée de vie du produit, un cycle nous « coûte » au final 1 euro… Ca vaaa 🙂

1 serviette coûte environ 17 euros et la marque vous propose des kits à de trois, notamment de serviettes lavables médiums à 66 euros.

Je serais ravie de répondre à vos questions si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas !

SAMSUNG CSC

  1. La coupe menstruelle Lunacopine

J’avais rapidement abordé mes petits soucis de fuites dus à la coupe « Meluna » dans un précédent article. Je n’en comprenais pas vraiment la cause, parfois c’était bon, parfois pas. Aujourd’hui je pense avoir partiellement identifié le problème. Cette dernière est beaucoup (beaucoup !) moins souple que la Lunacopine, dont la texture s’apparente plus à une membrane je trouve. Avec ma nouvelle coupe, je l’insère sans aucune difficulté et elle se déploie tout aussi facilement… C’est un vrai bonheur ! Je la trouve beaucoup plus ergonomique et simple à utiliser. Pour toutes celles qui comme moi, rencontrent quelques petites difficultés d’insertion et compagnie…

Au début j’étais un peu réticente à l’idée de prendre une nouvelle coupe menstruelle alors que j’en possède déjà deux (une taille S et une taille M), je me disais que ça faisait de la multiplication de déchets pour rien, etc. Mais en fait, l’autoflagellation ça va bien cinq minutes ehe, clairement une cup, ça se sort tous les mois, ça dure des années... Alors autant qu’elle soit confortable et fiable quitte à repayer une deuxième ou troisième coupe ou accumuler un déchet de plus.

J’ai pris une taille 1 (qui équivaut à la M de Meluna) et elle est vendue au prix de 25 euros ici.

SAMSUNG CSC

Life changin’

Voilà, voilà ! J’espère que cet article vous aura été utile, qu’il vous aura permis de vous faire un avis sur les serviettes lavables et un nouveau retour sur la coupe menstruelle !

Je remercie PLiM pour la confiance que l’équipe m’a accordée et je vous souhaite une belle journée.

 

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plu, ça fait toujours plaisiiiir ♥

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram pour plus de love-

& les parfums naturels alors, on en parle ?

FRESH MARKET

J’aime beaucoup les odeurs et ce, depuis toute petite. A tel point que pendant quelques temps, je voulais même être « nez » & lier le parfum à ma carrière professionnelle. Comme l’histoire nous l’a montré, j’ai emprunté d’autres chemins mais je ne me suis jamais bien éloignée de celles que j’aimais tant.

Lorsque j’ai lancé le blog, j’avais envie de découvrir et de vous faire découvrir de nouvelles marques que celles que l’on connaît déjà par coeur, de belles personnes qui font des choses rares. Passant en revue tous les produits du quotidien, particulièrement en cosmétique, je me suis rendue compte que je ne m’étais jamais vraiment penchée sur la question du parfum ! Je n’avais jamais associé la parfumerie au bio et au naturel, alors que bon d’un point de vue impact environnemental &humain (production, provenance, conditionnement, main d’oeuvre, etc.) et santé (les perturbateurs endocriniens toussa, on en parlera plus bas), y’a pas mal à faire ! De fil en aiguille, j’ai alors découvert l’aromaparfumerie Aimée De Mars et j’ai été très intéressée par leur démarche. Cela a été un plaisir de découvrir leurs créations et de travailler avec eux. Pour cette expérience, je me suis totalement abandonnée à leur savoir faire. Je n’avais pas d’idée précise de ce que je voulais, &commander un parfum sur internet, malgré les descriptions précises, ce n’est pas évident.

« Une odeur jeune, fraîche, un peu sucrée, gourmande mais légère »

Voilà ni plus ni moins ce que j’ai demandé à Morgane, avec qui j’ai été en contact. J’appréhendais un peu la réception du parfum, me disant que c’est dur de choisir pour quelqu’un, qu’il y a vraiment des odeurs qui ne me conviennent pas, blablabla … & j’ai été mais tellement agréablement surprise ! J’ai reçu le parfum »Lily Ange » et comment vous dire… C’est un délice ! Cette odeur me convient tout à fait, me correspond, me met de bonne humeur… Bref je suis vraiment plus que ravie. Quand je le porte je me sens déterminée, motivée et rayonnante ♥

SAMSUNG CSC

Alors OK, mais du coup, ça a quoi à voir avec la cosmétique naturelle, toussa toussa ? Leur marque a reçu la mention de l’association « Slow Cosmétique » qui recense toutes les entreprises engagées qui proposent des produits propres, éthiques, durables et un marketing raisonnable. D’ailleurs n’hésitez vraiment pas à aller sur le site si vous le ne connaissez pas, c’est une jolie mine d’or sur le sujet.

Les parfums sont donc Made in France, non testés sur les animaux et à 95% minimum d’origine naturelle. Ils sont sans colorant, ni filtre chimique, ni phtalate, sans musc polycyclique et contiennent un cœur actif de 21 essences naturelles.

Ce que j’ai beaucoup aimé c’est qu’il y a derrière chaque création une démarche aromathérapeutique et ils utilisent la synergie des huiles essentielles pour lier la bienfaisance de ces dernières aux fragrances. Il y a une réelle association des soins du corps et de ceux de l’esprit, réunis dans un mélange très réussi et justement balancé. J’ai été séduite par leur démarche, leurs valeurs et leur gentillesse.

Leurs produits ont un coût, mais qui n’est pas vraiment éloigné des parfums cracras fabriqués en Chine de grandes marques que l’on peut trouver dans les parfumeries que nous ne citeront pas. Si la démarche du naturel, du bio et du responsable vous intéresse, en privilégiant un parfum comme ceux de Valérie Demars (petite fille d’Aimée &créatrice), c’est tout un eco-système éthique et respectueux, qui fait fonctionner l’économie française dans lequel vous investissez et que vous soutenez. D’un point de vue un peu moins rigolo, passer au naturel, et notamment au parfum naturel permet de limiter sur ce front notre exposition aux perturbateurs endocriniens… Je vous joins deux articles qui parlent bien mieux que moi du sujet et que je trouve pertinent, révélateurs et source de réflexion, « Cancer, le scandale des perturbateurs endocriniens dans les cosmétiques » & « Cosmétique. Un parfum de honte. »

Cela me tenait à cœur de mettre en valeur leur travail car j’ai vu peu d’article concernant la parfumerie naturelle et pourtant, il y a de très belles choses qui sont faites.

Ma sélection :

Mythique Iris, je l’ai découvert en échantillon, l’odeur poudrée et gourmande me fait tourner la tête.

L’Eau 21, c’est un parfum pour homme, mais personnellement je ne fais pas vraiment le distingo. J’adore porter des fragrances musquées et boisées, et j’ai vraiment adoré celle-ci.

Les Kits découvertes, pour chaque catégorie, vous trouverez un kit de trois ou quatre échantillons selon, ainsi qu’un roll-on qui vous permettront de découvrir une famille olfactive pour 25€.

Du coup je sais d’ores et déjà qu’un de ces parfums va figurer en tête de liste rapport aux cadeaux de Noël 😀 (la meuf qui vit dans le futur).

&vous, l’aromaparfumerie ça vous parle ? Vous aviez déjà pensé aux alternatives naturelles en termes de parfum ? Ou comme moi, ça arrive après la prise de conscience huile de coco, cosmétiques solides et vinaigre blanc ? 🙂

 

Sur ce, à très vite, soyez heureux & sentez bon 🙂 ♥

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plus, ça fait chaud au ♥ !

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram

 

 

 

Oui mais la cup… Ca pue ?

5 questions sur la cup

En un peu plus de deux ans d’utilisation de la coupe menstruelle, pas mal de recherches sur internet et beaucoup d’échanges avec de nombreuses personnes, filles comme garçons… Je me suis dit que cela pouvait être assez intéressant de répondre aux questions les plus posées et que l’on aborde le plus difficilement, sans tabousParce qu’après tout, quand on ne connaît pas vraiment cet étrange objet il y a peut-être quelques notions que l’on pourrait ne pas bien maîtriser ! En avant toute !

1. « Est-ce que je dois enlever ma cup pour faire pipi ? »

 

Jusqu’à preuve du contraire, l’urine et les règles ne s’évacuent pas par la même sortie. Je comprends cependant tout à fait pourquoi on peut penser ça. Grâce à nos amies les serviettes hygiéniques, lorsque l’on va aux toilettes en période de règles, on a l’impression que l’urine est pleine de sang; mais non. Ce n’est qu’une sombre histoire de mélange.

Ta cup reste bien placée là où elle doit être et tu peux faire pipi tranquille. C’est d’ailleurs assez libérateur de pouvoir se rendre aux toilettes pendant tes menstruations et de ne pas être embêtée par la formidable vision d’une serviette, du sang un peu partout ou une ficelle mal placée. Je dis ça, je dis rien.

 

2. »Est-ce que la cup ça pue ? »

 

Lorsque l’on porte des protections de type serviettes hygiéniques classiques, le sang qui s’écoule se trouve en contact avec l’air, c’est donc à ce moment là qu’il s’oxyde et donc que l’on en perçoit une odeur qui peut-être dérangeante (et que les industriels n’hésitent pas à vous coller sur le dos quitte à vous donner des complexes pour mieux vous vendre des serviettes parfumées à la rose des bois…).

La cup doit être vidée environ toutes les 8 heures, 12 maximum. Passé ce délai, je ne peux vous garantir une fraîcheur des premières heures. Mais il faut savoir que non, la cup ne pue pas, votre sang ne pue pas.  On la rince de préférence entre chaque utilisation, sinon on la vide et l’essuie avec du papier toilette. Il faut la laisser tremper environ 15 minutes dans l’eau bouillante (additionnée de vinaigre blanc et/ou de bicarbonate de soude si on le souhaite) et de la laver au savon neutre.

 

3. « Est ce que ma cup peut rester coincée ? »/ « Est-ce que ma cup peut tomber toute seule quand je vais aux toilettes ? »

 

Insérer un bout de silicone dans cet antre sombre et méconnue peut être un poil anxiogène. Sans grande connaissance de l’agencement interne de ce qui se passe un peu plus bas, c’est délicat de s’imaginer concrètement où se positionne la coupe menstruelle, jusqu’où elle peut aller et comment on peut la récupérer sans faute, nous grandes habituées de la ficelle gage de sécurité que l’on a qu’à tirer.

Je vais vous rassurer, votre col n’est pas un puits sans fond dans lequel des objets divers et variés graviteraient après oubli. Lorsque vous introduisez la coupe menstruelle, celle ci se place entre vos parois et surtout entre vos muscles. Contractez le périnée, vous aurez des surprises 🙂 Ce sont ceux-ci qui permettent à la fois d’empêcher qu’elle tombe toute seule, mais également de pouvoir la récupérer facilement. La nature est bien faite non ?

Afficher l'image d'origine

source : mydiamondcup.com

 Si jamais vous avez l’impression qu’elle sera inatteignable plusieurs options :

Choisissez bien votre embout, personnellement, cela me rassurait de prendre une cup dont l’embout était un anneau. J’avais le sentiment qu’en cas de galère, la préhension serait optimale (c’est le cas, pour moi en tous cas).

Accroupissez-vous et poussez avec le périnée, votre coupe menstruelle ne se fera pas prier je vous le promets.

&si jamais, au grand jamais, pour x ou y raison que je ne maîtriserais pas, il arrivait quoi que ce soit (après tout, on a déjà toute entendu parler de la fille qui s’était retrouvée avec deux tampons); nous sommes dans un pays civilisé ou l’on trouve quasiment un gynéco à tous les coins de rue.

 

4. « La cup on la sent toute la journée, ça gêne, ça fait mal ? »

 

Lorsque ta cup est bien placée, c’est à dire juste avant le col, tu ne dois pas la sentir, en tous les cas cela ne doit absolument pas te faire mal. Comme lorsque l’on t’a proposé d’utiliser les tampons il y a quelques années, utiliser une protection hygiénique nouvelle demande un peu de doigté (même déplier les ailettes d’une serviette ++ sans qu’elles se collent entre elles ou se replient peut s’avérer sportif !). Il y a des filles pour qui cela peut ne pas fonctionner, ne pas être le moyen idéal et en soi ce n’est pas très grave ! Mais il ne faut pas se décourager dès la première insertion. Je ne crois pas que l’utilisation du premier tampon ait été une partie de plaisir personnellement ! (Je me demandais même si j’allais pouvoir un jour avoir une vie sexuelle tant c’était compliqué et extrêmement désagréable !).

Afficher l'image d'origine

source : mamangeekette.blogspot.com

Il existe plusieurs pages qui recensent les différents pliages de coupe menstruelle à tester pour que, selon ton anatomie, la coupe menstruelle se déploie au mieux et t’offre une protection optimale. Je ne vous cache pas que quand je vois certains pliages, j’ai l’impression d’être à un concours d’origami tant le truc est un poil trop sophistiqué… Mais si cela peut en aider certaines ! 🙂

Afficher l'image d'origine

source : coupemenstruelle.net

5. « Est-ce que je peux faire du sport avec ma cup ? »

 

Oui, oui, oui et mille fois oui ! La coupe menstruelle est en silicone étanche, donc fini le tampon imbibé de cinq fois son poids d’eau chlorée quand tu as envie d’aller à la piscine peu importe à quelle période de ton cycle tu te trouves !

J’ai testé la course, la natation, le vélo, le yoga et le fitness et tout s’est très bien passé ! De là à te dire que tu peux tenir une posture jambes écartées, bassin en l’air, tête en bas pendant 3 heures… Je ne suis pas allée jusque là ! Mais en tous cas il n’y a aucune raison de se priver de bouger pendant les règles si le seul frein c’est la protection hygiénique !

—–

Encore une fois, je tiens à insister sur le fait que mes articles ont surtout pour but de donner des réponses aux questions que certaines peuvent se poser et surtout de donner de la visibilité à une alternative aux protections hygiéniques classiques qui sont loin d’être les plus optimales, qu’il s’agisse d’un point de vue santé, protection, image de soi ou budget !

Tout le monde peut faire le choix de l’utiliser ou non, mais ce qui est important c’est de savoir entre quoi et quoi vous avez concrètement le-dit choix ! J’ai rédigé il y a quelques jours un article à ce sujet, dans lequel je tentais de rassembler toutes les protections hygiéniques alternatives et naturelles aujourd’hui disponibles 🙂

&puis si jamais tu ne sais pas quoi en faire… Je suis tombée sur cet article plutôt drôle.

Sur ce, à très vite, soyez heureux ♥

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plus, ça fait chaud au ♥ !

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram

 

Protections hygiéniques naturelles et non toxiques, on a quoi comme choix ?

Je vous ai bien souvent parlé de la coupe menstruelle. Que ce soit sur mon blog, sur les groupes, les forums, à mes ami(e)s, à ma famille… Vous n’êtes pas sans savoir que c’est pour moi hyper important de communiquer sur ce sujet et de donner toujours plus de visibilité à nos alternatives périodiques !

SAMSUNG CSC

En effet, les règles, qu’on le veuille ou non, c’est un sujet qui touche la moitié de l’humanité, peu importe ta classe sociale, ta couleur de peau ou tes goûts musicaux. Tous les 28 jours environ, c’est rebelote. Si tu as de la chance, c’est juste un moment un peu plus chiant que les autres, si non, ton acné hormonale se déclenche, ton humeur c’est les montagnes russes et dans ton bas-ventre c’est un vrai champ de bataille. Physiologiquement, on a du mal à y couper et dans la mesure où nous sommes toutes concernées, autant avoir accès au maximum d’informations pour choisir la protection hygiénique qui te conviendra le mieux et sera la plus respectueuse de ton hygiène intime.

Résidus de produits toxiques, taxe tampons hallucinante, pubs désobligeantes, prix exorbitants, y’en a marre de se faire pigeonner par l’industrie de la menstruation. Aujourd’hui, nous sommes de plus en plus à nous préoccuper de notre santé et à vouloir des produits naturels qui respectent notre corps, notre intimité et l’environnement; le tiercé gagnant.

Alors certes, la coupe menstruelle présente un paquet d’avantages non négligeables : économique, pratique, neutre, permet d’éviter les infections et mycoses souvent causées par l’utilisation de tampons ou serviettes classiques… En gros, utiliser la cup, c’est comme si tu faisais ta vie sans tes règles.

MAIS, il n’y a pas que la coupe menstruelle dans la vie, loin de là. On a le droit de ne pas se sentir à l’aise avec l’idée de tester la cup, d’avoir besoin de temps, de se sentir peut-être trop jeune, etc, etc. Ça ne veut pas pour autant dire qu’on est pas scandalisée par le fait que ce sont plus de 26 041 667 092 serviettes non recyclées qui ont été rejetées dans le monde depuis … JANVIER… Ou par les pubs insupportables que l’on nous diffuse pour nous pousser à acheter des protections traitées, polluantes, pleines de résidus toxiques, blanchies au chlore et pleine de plastique…!

Alors à part la coupe menstruelle, aujourd’hui, on a quoi comme alternatives ?

  1. Les protections classiques : serviettes et tampons en coton bio

Ce sont des protections sans matière synthétique, sans plastique, sans parfum (potentielleAfficher l'image d'origine source d’irritations et de démangeaisons) et sans cellulose. Fabriquées à base de matières naturelles et sans matériaux issus de la pétrochimie, ces protections n’ont normalement subi aucun blanchiment au chlore et sont biodégradable à 95% (cela peut évidemment varier selon les marques).

Dans le cadre d’une démarche naturelle, ces protections sont vraiment géniales, reste la problématique de la production de déchets. Malgré tout, 13 fois par an, à raison d’une moyenne de quatre serviettes par jour, cela en fait du déchet. Dans tous les cas, c’est déjà une belle avancée en terme d’éloignement des produits conventionnels et toxiques de sa routine.

2. Les serviettes lavables

Afficher l'image d'origine

Serviettes IMSEVIMSE sur brindilles.fr

Il s’agit de serviettes en tissus réutilisables, en général équipées de pressions ou scratch pour les fixer à vos sous-vêtements. En coton naturel et encres toxiques, ces protections seront utilisables pendant 5 à 10 ans (selon votre rythme d’utilisation, celles vers lesquelles vous vous tournerez). Ces dernières se lavent en machine à 30 ou 40°c ou à la main, avec quelques gouttes supplémentaires de Tea Tree pour son côté anti bactérien. Je pense très bientôt en tester afin de pouvoir vous conseiller un peu mieux sur ce mode de protection menstruelle.

 

 

 

3. Les éponges menstruelles

Je suis comme vous, je découvre. Il s’agit d’une éponge de mer Mensi, naturelle, commeAfficher l'image d'origine
celle que l’on peut utiliser pour se frotter le corps. On la mouille légèrement et l’insère comme un tampon ou une coupe menstruelle. Cette dernière absorbe le flux, toutes les 4/5heures, il faut la sortir puis la rincer à l’eau froide puis la laver au savon avant de la ré-insérer. J’ai trouvé quelques infos ici, « ma féminité nature » mais je ne connais personne qui l’utilise. Si il y en a parmi vous, j’aimerais beaucoup connaître votre expérience, ce serait super intéressant !

 

4. Le flux instinctif

C’est une nouvelle façon de vivre ses règles que j’ai découverte avec étonnement il y a quelques mois. Je ne pratique personnellement pas le flux instinctif mais je trouvais intéressant de vous en parler un peu, certaines d’entre vous peuvent être intéressées ! En gros (très gros), il s’agit de ne plus porter de protections hygiéniques mais de se « retenir », comme lorsque l’on a envie d’aller aux toilettes par exemple, et de ne libérer son flux qu’une fois aux toilettes ou sous la douche. Alors pour le coup c’est complètement zéro-déchet 🙂 Je vous laisse découvrir l’article de Mini « Vivre ses règles au naturel », qui le pratique et en parle mille fois mieux que moi !

J’espère que cet article vous aura été utile & vous aura permis de faire des découvertes intéressantes ! C’est l’occasion d’échanger autour de cet article, si vous connaissez d’autres protections alternatives, si vous avez un feedback sur l’une citée dans cet article… N’hésitez pas, commentez ! 🙂

Sur ce, à très vite, soyez heureux ♥

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plus, ça fait chaud au ♥ !

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram

Améliorer son impact ecofriendly #1 : 10 gestes

Réduire son impact environnemental ne demande pas tant d’efforts que cela et avant d’arriver au zéro-déchet, il y a quelques étapes transitoires très faciles à adopter et qui permettent déjà une nette amélioration en terme de consommation responsable.

SAMSUNG CSC

♥ Cup, cotons lavables et brosse à dents interchangeable ♥

Aujourd’hui, parlons de l’endroit que je préfère tant c’est facile d’améliorer sa consommation : la salle de bain. Je vous propose donc dix gestes ultra simple pour être plus eco-friendly.

  1. Remplacer son gel douche par un savon solide
  2. Remplacer son shampoing par un shampoing solide
  3. Remplacer son tube de dentifrice par un dentifrice solide
  4. Remplacer ses cotons jetables par des cotons lavables
  5. Remplacer sa brosse à dents en plastique par une brosse à dents en bambou compostable ou une brosse à dent durable dont l’embout est remplaçable
  6. Utiliser des brosses nettoyantes manuelles plutôt qu’une brosse électrique
  7. Remplacer son gommage industriel par de l’huile de coco et du bicarbonate de soude, ou du marc de café, ou de l’huile d’olive et un peu de sucre
  8. Remplacer le shampoing sec en bombe par un shampoing sec en poudre
  9. Remplacer son déo par un mélange maison à base d’huile de coco/bicarbonate de soude/quelques gouttes d’huile essentielle
  10. Troquer ses bandes ou pot de cire par une préparation maison, qui se conserve deux mois au frigo : la pâte à sucre (la recette de préparation ici)

 

SAMSUNG CSC

  1. On remplace ses protections hygiéniques par une coupe menstruelle
  2. On achète du papier toilette recyclé
  3. On ne nettoie pas ses toilettes avec du Canard WC mais avec du vinaigre blanc et du citron
  4. On utilise une goutte d’huile essentielle pour désodoriser ou une petite coupelle avec un fond de bicarbonate de soude
  5. On place une bouteille d’eau d’un litre dans le réservoir de la chasse d’eau. Ainsi lorsque celle-ci se re-remplit on économise un litre d’eau potable pour évacuer un pipi
  6. On peut envisager de ne tirer qu’une chasse d’eau tous les deux passages aux toilettes

SAMSUNG CSC

Vous avez trouvé cet article utile ? N’hésitez pas à commenter, liker, partager si cela vous a plus, ça fait chaud au ♥ !

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram

 

 

 

 

Astuce Fauché/Zéro Déchet #5 : Le bicarbonate de soude

SAMSUNG CSC

Comment parler du vinaigre blanc ou de l’huile de coco sans parler également du bicarbonate de soude ? Je te le demande !

Alors que je partais pour quelques mois à Bali, ma mère m’a tannée pour que je prenne un sachet de bicarbonate de soude dans mon sac à dos, « mais siiiii tu verras, ça te sert pour TOUT, c’est génial »… Mouai. Pas plus concernée que ça, j’ai mis le sac dans ma trousse à pharmacie & je dois bien avouer que je n’y ai plus vraiment pensé. &puis je suis rentrée, après mon stage dans la sensibilisation à l’environnement et quelques constats un peu défaitistes à foison, je me suis vraiment posé des questions plus concrètes. Recycler c’est bien, mais réduire c’est mieux. Je me suis donc renseignée, j’ai échangé &je me suis penchée vers des produits d’une simplicité extrême, efficaces et qui allaient me permettre de réduire drastiquement les déchets que je pouvais produire et la quantité de produits toxiques que je pouvais rejeter dans l’environnement. D’autant plus que tu commences à me connaître, bidouiller deux/trucs j’aime bien, mais pour moi le zéro déchet et la consommation responsable, c’est aussi un moyen de me faciliter la vie !

Autant te dire que dans la catégorie « salut tu dégages 60% de tes produits habituels, je suis polyvalent et je coûte rien », le bicarbonate de soude est un très bon candidat ! Bonus ? Il est biodégradable, non inflammable et surtout, non toxique.

SAMSUNG CSC

Déboucher ses canalisations :

100g de bicarbonate, 1 pincée de sel & un demi verre de vinaigre blanc

On laisse poser et on rince avec 1L d’eau bouillante

On peut l’utiliser en cuisine comme en produit ménager ou en cosmétique. J’utilise pour les cosmétiques la version « alimentaire » par ailleurs. Ses vertus sont super nombreuses et je te propose une liste absolument non-exhaustive de ces utilisations.

  1. Nettoyer

On décrasse, on décolle les fonds brûlés, on récure, on détache, on détartre, on dégage le calcaire… Bref. C’est un abrasif doux fongistatique qui se prête parfaitement au nettoyage de la cuisine, de la salle de bains, des toilettes, des couverts, de tes brosses ou de ta cup

2. Désodoriser

Dans une coupelle au fond du frigo, dans le fond d’un cendrier ou sur le tapis juste là où ton chat adoré vient de se soulager… Dans une machine avec tes vêtements de sport, bref, le bicarbonate est un désodorisant très efficace !

     3. Cosmétique

En bain de bouche, dentifrice saupoudré sur la brosse à dent, blanchissant combiné avec deux gouttes de citron, gommage ou en déodorant, il a déjà maintes fois fait ses preuves.

une pincée de bicarbonate appliquée au creux des aisselles en sortant de la douche = efficacité maximale.

Il serait également très efficace contre les poux ou en agent éliminateur de résidus (laque, gel, pollution) mêlé au shampoing une fois par semaine.

Mélangez un peu de bicarbonate de soude avec de l’huile de coco, gommez et rincez !

4. Anti acidité

Pour ceux et celles qui comme moi, ont quelques soucis de digestion et d’acidité au niveau de l’estomac, le bicarbonate est votre allié. Bon par contre, c’est vraiment infect, personnellement j’ingère une préparation à base de bicarbonate que j’achète en pharma mais dilué dans l’eau… Je n’arrive pas !

  5. Cuisine

On l’utilise entre autres pour rendre l’eau moins calcaire, nettoyer les aliments, désodoriser les vapeurs de cuisson, faire lever une pâte, aérer et alléger une préparation, diminuer l’acidité de certains aliments.

Quand on fouine un peu sur Google, on tombe sur une mine d’or d’infos et je pense que je suis loin d’en avoir fait le tour ! J’ai apprécié ces sites http://www.monbicarbonate.fr/ & http://www.compagnie-bicarbonate.com/ que j’ai trouvé relativement complets et bien fichus.

&toi, tu connaissais ces propriétés du bicarbonate ? Quelle est l’utilisation préférée que tu en as ?

Retrouvez- moi sur FaceBook et Instagram

Cliquez, likez, commentez & partagez si vous avez aimé, ça donne du courage !

Astuce fauché zéro déchet#4 : l’huile de coco

SAMSUNG CSC

Ah l’huile de coco, alliée de taille lorsque l’on souhaite réduire le nombre de produits cosmétiques que l’on utilise, qu’il s’agisse d’une démarche zéro déchet, d’une volonté d’utiliser des produits naturels dont on comprend et maîtrise la composition, de réduire considérablement ses dépenses cosmétiques… Dans la lignée du vinaigre blanc, voici l’indispensable huile de coco &ses vertus.

Je voudrais aujourd’hui me concentrer sur l’utilisation cosmétique, à savoir cependant que c’est une huile de cuisine très intéressante et savoureuse 🙂

Pour moi, l’odeur de l’huile de coco sur la peau c’est un peu une madeleine de Proust et ça me propulse directement un an en arrière, retour à Bali. Je la connaissais déjà, mais je l’ai vraiment découverte là bas. C’était le cosmétique local, abordable et le plus clean que j’ai pu y trouver, me permettant de voyager léger avec un produit multi-usages hyper efficace.

Initialement solide, elle se liquéfie entre 23 et 25°c. On la choisie vierge, issue d’une première pression à froid et non raffinée.

Concrètement, je l’utilise comment ?

  • En baume hydratant sur le corps et le visage. Quand elle est solide, j’en prends une noisette que je fais fondre directement en l’appliquant.
  • En soin sur mes pointes abîmées. Quand celles ci ont trop pris cher, pendant plusieurs jours j’en applique un tout petit peu avant d’aller me coucher, le lendemain, tout est absorbé. En quelques jours, mes pointes sont soyeuses, brillantes, réparées.
  • En démaquillant. Une micro noisette au creux de la main, une fois fondue je masse doucement mes yeux avec, puis à l’aide d’un coton lavable imbibé d’eau chaude (important l’eau chaude pour se débarrasser de l’huile), j’enlève les résidus de maquillage et d’huile. Hydratante pour les yeux, cette technique dégomme les mascaras waterproof les plus tenaces.
  • En baume Après-soleil. Après une journée plage, grande tournée d’hydratation pour ma peau. Si j’ai un peu rougi, l’huile de coco aura en plus une vertu cicatrisante sur la peau un peu meurtrie.
  • Huile de massage. Tout simplement ! Quand j’ai du mal à m’endormir, j’ai pris l’habitude de me faire un petit auto-massage des pieds et des mains pour relâcher les tensions et sombrer en deux-deux dans un sommeil réparateur !
  • En déodorant, une noisette sous les aisselles avant d’attaquer une journée pour profiter de ses vertus déodorantes ! Il existe plein de recettes de déodorant home made, préparations dans lesquelles tu peux ajouter des HE et compagnie… La flemmarde que je suis s’en tient au strict minimum !

 

Ensuite, il est d’autres utilisations que je n’exploite pas forcément mais dont je n’ai entendu que du bien ! Baume de rasage, pour les barbes et pour les jambes; dentifrice (je n’ai pas encore réussi à passer le cap); mélangée à d’autres huiles, en gargarisme pour blanchir les dents…

En gros, vous l’aurez compris, j’adore. De plus, pour celles qui ne sont pas très fans de l’odeur, il en existe de la désodorisée ! Après, je ne suis pas grande connaisseuse mais je suppose que cela ne change en rien ses propriétés extraordinaires ?

&vous l’huile de coco, c’est votre grande alliée cosmétique ou pas vraiment ? Vous connaissez, vous découvrez ?

 

Retrouvez- moi sur FaceBook et Instagram

Cliquez, likez, commentez & partagez si vous avez aimé, ça donne du courage !

 

Consommer moins pour consommer mieux : les cosmétiques

SAMSUNG CSC

Petit story-telling, il y a à peine deux ans, deux ans et demi, j’étais encore une relativement grosse consommatrice de cosmétiques. Je me maquillais normalement (teint et yeux), lisais beaucoup de blogs beauté, avais très envie de tester de nouveaux produits en permanence. J’étais constamment à la recherche de la crème qui laisserait ma peau douce et lisse, du mascara qui me ferait de longs, beaux et denses cils, du shampoing qui fortifierait, lisserait tout en donnant du volume, hydraterait, illuminerait, perfectionnerait... Bref, me ferait des cheveux de déesse. De la crème qui ferait disparaître mes vergetures, pis tant qu’à faire ma cellulite… J’en passe et des meilleures.

Clairement, je cherchais le produit miracle qui me ferait me sentir bien dans ma peau, grâce auquel je m’accepterais enfin et me sentirais exister dans le regard des autres. Ni plus ni moins.

Si l’on est objective, en début de vingtaine, on est quand même plutôt fraîche et on n’a pas vraiment besoin de se tartiner le corps/les cheveux de tonnes de produits pour que ses derniers soient en bonne santé.

C’est en passant quelques mois à Bali, avec comme produits cosmétiques : un savon, un shampoing (bio Le Petit Olivier), un nettoyant pour le visage, un mascara et de l’huile de coco que j’ai profondément changé à la fois ma routine et à la fois le rapport que je peux avoir avec moi-même.

Lorsque j’étais là bas, je ressentais beaucoup beaucoup beaucoup moins ce besoin d’acheter, de consommer, d’avoir telle ou telle chose pour être heureuse. Déjà la stimulation marketing était bien moins forte, et n’étant pas vraiment réceptive aux opés pour les produits blanchissants, j’étais plutôt safe. & puis je me sentais bien comme j’étais, où j’étais. En phase. Et étonnement, alors que je prenais « moins soin » de mon apparence, mes cheveux étaient bien plus beaux, ma peau se portait très bien, je n’avais pas de problème particulier.

C’est quoi « prendre soin de soi » ? Si l’on écoute Christina Cordula, c’est aller chez le coiffeur, s’épiler les sourcils, les aisselles et les jambes, faire des couleurs, des soins, se maquiller… Pour moi aujourd’hui, prendre soin de ma personne c’est plutôt bien dormir, m’assurer que la vie que j’ai correspond à la vie que je souhaite, me sentir en phase avec ceux et ce qui m’entoure, manger à ma faim et des produits de qualité (locaux, bios…), voyager, rencontrer de nouvelles personnes... Bref. C’est ma vie qui prend soin de moi en fait.

Bien évidemment, je ne nie pas que s’occuper de son apparence physique soit un plaisir, un moment agréable, je pense simplement que ce n’est pas en testant des dizaines de crèmes, de shampoings, de gel douches et de crayon à sourcils que l’on se sentira mieux. Au contraire. Prendre soin de son corps et l’aimer c’est aussi le préserver de produits nocifs et agressifs, bourrés de composants dont on ne maîtrise pas les impacts sur notre organisme sur le long terme.

Réduire le nombre de produits que l’on utilise et simplifier par le naturel ne veut pas dire que ce ne sont plus des moments plaisir, bien au contraire.

Aujourd’hui j’utilise quoi, concrètement ?

  • Produits lavants : un pain de savon au karité et à l’huile d’argan, un pain de savon pour me laver les mains (à côté du lavabo), un shampoing solide, des poudres lavantes (poudre ayurvédique, poudre d’ortie et rhassoul)
  • Hydratation et soin du visage,  du corps et des cheveux : huile d’argan et huile de coco
  • Divers : Dentifrice à l’argile Argiletz (la recette du dentifrice de ma moza ici); Baume du tigre blanc
  • Objets : un rasoir (pour les aisselles), une brosse nettoyante pour le visage, une brosse pour le corps, une brosse à cheveux, une brosse à dent, une pince à épiler, des cotons lavables, une coupe menstruelle, un coupe ongle, un petit ciseau
  • Maquillage : un mascara, un eye-liner, un crayon à sourcils
  • Quand il fait trop froid dehors et que mes cheveux sont encore humides, j’utilise le sèche-cheveux. Mes cheveux n’ont pas vu de lisseur depuis des mois et ne s’en portent pas plus mal !

Pourquoi cet article ? Parce que j’ai la triste sensation, qu’en tant que femme et cible marketing privilégiée de l’industrie cosmétique, cette quête insensée de perfection au travers de l’achat de produit x ou y, nous promettant un futur plus lisse et brillant est vaine. Et qu’en plus d’être vouée à l’échec (si les crèmes rendaient plus belle, plus intelligente et plus sympa, ça se saurait), cette consommation effrénée a un impact négatif sur la perception que l’on a de soi.

Comme pour beaucoup de chose, je crois que l’important est d‘être dans la juste mesure, et surtout, de savoir se questionner. Quel est le but ? Est-ce que l’achat de ce treizième shampoing va vraiment changer quelque chose ? Est-ce que c’est vraiment ce dont mes cheveux ont besoin ? Ce dont moi, j’ai besoin ? Est-ce que je me maquille pour me mettre en valeur ou pour camoufler ?

Je souhaitais vraiment aujourd’hui discuter avec vous des cosmétiques, car je me suis rendue compte ces derniers temps à quel point j’avais réussi à m’en détacher. Et pourtant, je n’ai jamais été aussi bien dans ma peau et dans mon corps que cette dernière année. Alors, hasard ?

&vous, quelle est votre démarche concernant les cosmétiques ? Quel est votre produit fétiche ? Vos astuces, votre ressenti..?

 

Voici les 8 questions que je me pose avant d’acheter un produit et qui me permettent de d’identifier la raison de l’achat et donc de décider si c’est utile, ou non :

  • En ai-je vraiment besoin ? (Je n’ai pas ce produit, ni de produit équivalent; son précédent est vide/bientôt vide) 
  • L’achat de ce produit a pour but de traiter un problème visible (boutons etc.) ou invisible (manque de confiance en moi) ?
  • Est-ce que ce que me promet ce produit est atteignable en modifiant facilement quelques habitudes (boire plus d’eau, faire un peu de sport, manger plus sainement, dormir mieux…) ?
  • Est-ce que j’ai la place pour le stocker ?
  • Vais-je l’utiliser en entier ?
  • Le contenant est-il recyclable/réutilisable ?
  • La composition est-elle respectueuse de ma peau et de l’environnement ?
  • Est-ce que je pourrais acheter ce même produit de façon à encourager le commerce éthique ou local ?

 

Retrouvez- moi sur FaceBook et Instagram

Cliquez, likez, commentez & partagez si vous avez aimé, ça donne du courage !

Routine soin – Les brosses

Aujourd’hui, on va parler soins, beauté, bio, tout ça tout ça. J’avais vraiment envie d’écrire un peu sur ce sujet, car ces deux articles là… et ben ils ont –quasiment– révolutionné ma vie !

Il y a un ou deux ans maintenant, je suis tombée sur la première brosse, celle pour le visage

1€25 dans mon DM je crois (Allemagne). J’avais regardé la Clarisonic (Clairsonic? Bref!) avec des yeux enamourés des mois durant, le prix étant toujours bien trop élevé pour moi. &puis le fait qu’il faille utiliser des piles ou de l’électricité pour la faire fonctionner, donc acheter un produit obsolète qui me ferait produire des déchets difficilement recyclables… Moyen emballée j’étais.
J’avais cependant  des envies de nettoyage en « profondeur », je voulais décrasser mes pores, faire circuler mon sang.. Mes mains ne suffisaient plus.
J’ai une peau à tendance acnéique, j’en ai eu beaucoup plus jeune et même si aujourd’hui cela s’est stabilisé (champagne, j’approche des 26 ans), j’ai quand même une grande tendance à l’imperfection. Bref, je vais la faire courte, depuis que je me lave le visage en combinant brosse à poils souples et mousse nettoyante bio, ma peau rayonne. L’action de massage de la brosse stimule la circulation sanguine et nettoie les pores en profondeur. J’ai la peau douce, saine et éclatante après chaque nettoyage, un vrai bonheur !
Je l’utilise environ une fois par semaine, parfois plus, parfois moins selon mon feeling. Celle-ci est en plastique, au moment où j’ai investi, je n’avais pas encore poussé ma réflexion eco*responsable au point de constater l’impact écologique de cette brossounnette (production, recyclage…). Dans tous les cas, j’en ai deux en stock et hors de question de ne pas les utiliser jusqu’à la corde !

 La deuxième révolution, c’est le brossage à sec.

C’est pas très glamour, et j’ai encore du mal à le prononcer à voix haute « – Mais si tu sais.. Le brossage.. à..à sec la… » … BREF, après être tombée sur quelques articles vantant leurs mérites, ça m’a tout de suite parlé. L’investissement était maigre (2 euros et quelques la brosse en Allemagne… HUMHUM !!) et les résultats semblaient plus que prometteurs, une peau de pêche ? Moi aussi je veux !
Il faut s’habituer à la sensation de la brosse dure sur sa peau (sèche hein, pas humide!), c’est un peu surprenant au début, et il faut trouver la bonne façon de le faire (pression, angle de brossage etc. pour que ce soit le plus agréable possible). Malgré une première fois un peu chaotique, la sensation trop trop trop cool après le brossage m’a donné envie de recommencer DE SUITE. On réactive complètement la circulation, on se sent VIVIFIÉ, mais c’est incroyable.
.
Grâce à cette technique on élimine les peaux mortes, la peau devient alors… mais si douce ! Et outre la douceur, j’ai remarqué que ça aidait carrément le bronzage. Je n’ai jamais bronzé aussi vite et aussi uniformément de ma vie de blonde à peau claire. Bybye les poils incarnés sur les jambes, au passage ! 🙂
 
Vous l’aurez compris… J’en suis dingue. Je me brosse des pieds à la tête et m’accorde 2 minutes de relaxation et de bien-être. Ma soeur est convertie, mes copines aussi… Et vous ? Il y a quelques tutos en ligne pour vous montrer comment et dans quel sens brosser pour une efficacité maximale.
Au fait, c’est hyper bon contre la cellulite. Que demande le peuple ?
Mousse nettoyante bio Similaire ici
Brosse visage Similaire ici
Brosse corps Similaire ici, ici, ici, ici
Comment ? « Brosser en petits mouvements circulaires votre corps en ramenant les gestes en direction du cœur. De bas en haut pour commencer. Très important, démarrez des pieds, puis les jambes et remontez jusqu’au cœur. » « Avec en prime l’élimination des cellules mortes de la peau, la stimulation du flux sanguin et lymphatique, ce qui vous donne un éclat tout doux et tout neuf. Au passage, la cellulite aura du mal à résister… » http://mon-naturopathe.com
L’article sur So busy girls ici 
Image « sens du brossage » ici
L’article intéressant d’une rousse bio ici

Retrouvez- moi sur FaceBook et Instagram

Cliquez, likez, commentez & partagez si vous avez aimé, ça donne du courage !